> Critiques > Labelisés



En cette période où l’austérité est de mise pour garantir un train de vie acceptable à la corporation des banquiers d’affaire, l’opulence à souvent des airs de gros gâteau immangeable, car quand on se sert trop la ceinture il est difficile de le faire entrer dans son estomac. On ne le regarde ni avec envie, ni avec total dégout, mais on lui demanderait presque d’aller se faire une beauté dans l’arrière cuisine pour se rendre plus présentable. Et puis il y a les gens de goût, les architectes mélomanes, les mélomanes rêveurs qui savent dépasser les contraintes, faisant passer celles ci pour des pantins auxquels des fils sont attachés pour mieux les manipuler. Julien Lonchamp, homme orchestre de ce projet ne manipule pas de pantin, ne s’amuse pas à jouer la comédie de l’austérité préférant ouvrir une boite de pandore précieuse, que d’offrir l’image d’une pop chiche, radine, en lambeau.

Il aura fallu quatre années pour venir à bout de ce "Melody Cycle", disque qui devait combiner mélodies accrocheuses influencées par la pop sixties, avec de riches orchestrations et des harmonies en cascade. Le résultat est une œuvre sans équivalant contemporain, une sorte de Playtime musical, un mélange qui ne connaît pas les fautes de goût, accumulant les prouesses comme celle étonnante de vous faire chanter salade d’endives et pain grillé sur « Chicory salad », avec aplomb, classe, la salade d’endives devenant un sujet nécessitant une chanson remarquable.

Il y a du Francis Lemarque chez Julien Lonchamp, un Francis Lemarque qui se serait promené au volant d’une décapotable dans un Londres redessiné par Jacques Demy.

Des morceaux et des mélodies dont nous n’avons pas fini de faire le tour.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.