> Critiques > Labellisés


  • 8 novembre 2018 /
    J Mascis
    “Elastic Days” (Sub Pop)

    rédigé par Piotr
    1 vote
      (7/10 - 1 vote) notez cet album


Elastic Days est le 5° album solo de J Mascis, le guitariste-chanteur de Dinosaur Jr, le groupe mythique des 90’s, co-fondateur presque malgré lui du mouvement grunge. Alors qu’il vient de fêter fin octobre dernier les 30 bougies du fondateur Bug (le 3° album du groupe mais celui qui l’a fait découvrir au grand public avec l’immortel Freak Scene) J prouve avec cet album en solo, mais aussi avec les très bons crus des derniers du trio, qu’il n’est pas encore à la retraite.

Sub Pop, qui sort cet album comme ses 2 précédents, ne végète pas non plus d’ailleurs. 32 ans après sa fondation et 26 ans après l’inépuisable Nevermind, le label continue de publier des albums indispensables à un rythme soutenu (Double Negative de Low, Digital Garbage de Mudhoney, Jericho Sirens de Hot Snakes par exemple pour cette année, mais aussi The Melvins, The Afghan Whigs, Mark Lanegan, Mogwai...). Pourvu que ça dure.

La recette utilisée pour cet album reste simple : ballades mid-tempo à la guitare acoustique, batterie discrète mais énergique, et bien-sûr l’inimitable voix lancinante et l’inévitable solo de guitare saturée. Il en résulte une douzaine de morceaux de pop folk sucrée aux refrains accrocheurs, légèrement dépressive et désabusée. J semble y jouer de la plupart des instruments comme sur la moitié de sa discographie, les guests Mark Mulcahy (Miracle Legion), Pall Jenkins (Black Heart Procession) et Zoë Randell (Luluc) restent essentiellement vocaux et rajoutent un peu de chaleur et texture aux choeurs.

Même si cet album est réussi, si les 4 derniers de Dinosaur Jr depuis la reformation avec le line-up originel sont aussi de très bonne facture, J en groupe ou en solo ne révoltionne plus le rock. Sa voix fragile et exaspérante, ses interminables et bruyants solos de guitare et ses influences évidentes (Neil Young, Jimi Hendrix...) continuent d’horripiler ses détracteurs et pourraient même réussir à excéder certains fans de la première heure. De mauvaises langues iraient même aller jusqu’à déclarer qu’après Freak Scene et Out There, il serait temps que Mollusque Jr* écrive un 3° morceau.

Mais laissons les aigris et les jaloux gromeler dans leur cave. Pour les fans inconditionnels dont je fais partie depuis plus de 25 ans, J continue à produire de chouettes albums de rock énergique ou de pop songs sympathiques dont lui seul a le secret.

Certes, on le reconnait dès les 3 premières secondes. Certes, sa voix n’a pas vraiement évolué ni progressé depuis plus de 30 ans. Certes, il ne peut s’empêcher rajouter des solos saturés même sur des ballades acoustiques.

Mais c’est tout ça qu’on veut et qu’on attend, et surtout, sans tout ça, ce ne serait plus vraiment un album de J Mascis.

* lu dans un magazine de guitare, genre Guitar Part, au milieu des années 90.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.