> Critiques > Labelisés



Plus c’est long plus c’est bon semble convenir les adeptes de la prolongation footbalistique, les opposants du but en or, de la quintessence même de l’orgasme libératoire qui fait de l’instant une sorte de 14 Juillet dans les brumes, les yeux dans le vague. Recife est un adepte les matchs à l’ancienne, des prolongations interminables, proposant au milieu de choc épileptique (the good man/hanging garden/the name) des organisations trop tableau noir avec des crampes plus grosses que mon poing aux pieds. Virevoltant entre nada surf ou air derrière un rideau, Recife n’evite pas l’écueil du verre vide ou du verre pas assez plein, préférant sans doute à tort à un EP moins clinquant mais efficace un LP plus visible mais indigeste sur la longueur. Un titanic qui mériterait d’être une embarcation rapide et moins grosse. L’écueil sera j’en suis persuadé évité la prochaine fois, ce talent le mérite.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.