> Critiques > Labelisés



Surfeur sud africain, Farryl Purkiss est un le type même du beau mec qui un soir de veillée sur une plage, n’aura que l’embarras du choix pour l’accompagner pour la nuit. Grâce à l’aide de Jack Johnson, Farryl est devenu une star au pays du rugby roi, comme Roch Voisine pouvait l’être au pays de captain igloo. La comparaison n’est certes pas la plus flatteuse, mais en dépits d’une écriture soignée, Farryl a du mal à soulever un enthousiasme que je soupçonne de ne pouvoir être que féminin. Ces chansons douces que me chantaient Farryl, s’évaporent vite, comme une vague se casse, donnant une (vague) impression de manque de relief.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.