> Critiques > Labellisés



Descendance légitime de Gang of Four, cousins moins débrayés de Girls Agains Boys, The Poison Arrows sont de retour avec un quatrième album, le tonitruant et implacable « War Regards », brûlot cinglant, taillé pour ne pas laisser la place à la mélancolie. Baignant dans un after punk affiné comme une lame de couteau, les Illinoisais, mélange un quasi spoken world avec un rouleau compresseur activé par un alliage basse batterie guitare qui ne fait pas dans la vitesse, mais dans une urgence tendue, inquiétante par endroit. « War Regards » (le titre trouvé par le groupe suite à un mail signé de la sorte plutôt qu’avec Warm Regards) est comme un prédateur guettant sa proie (Shallow Grave) quitte à ce que celle-ci soit chassée uniquement par une forme de plaisir sadique. Les neuf morceaux écrits pour certains comme des syncopes (Night Coffee) peuvent nous sortir en un instant de notre léthargie post confinement, rendant à nos réflexes l’ambition d’être autre chose qu’une démonstration de notre élasticité. « War Regards » serait comme une blague qui aurait mal tournée, une lessiveuse post punk dans laquelle le cerveau perdra son autonomie, abasourdi qu’il sera par un pilonnage puissant et massif. Un disque de combat avec le rictus d’un bassiste psychopathe inquiétant (pas sans nous rappeler le premier Liars). Chaleureuses salutations.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.