> Critiques > Labellisés



Ce nouvel album de Mathieu Boogaerts a connu un mode de conception nouveau chez lui. Plutôt que de signer ses ébauches avec les cordes de sa guitare, il a conçu son disque avec les peaux d’une batterie. C’est donc un album sautillant, un disque fait de rebondissement. Du coup tout s’en ressent, les mots tels des haricots sauteurs voltigent, réalisant un pogo de sons, faisant de manière moins radicale et plus lisible, ce que Camille peut faire. « I love you » est un disque esperanto, une carte de visite sonore qui peut permettre à Mathieu de passer les frontières. Toujours aussi calme dans sa façon de chanter, Mathieu est un anti Voulzy, un vrai type cool qui ne se la joue pas flémard pour le plaisir d’exister, il a la tranquille attitude, qui lui permet de se promener entre les styles, sautant comme une libellule sur des nénuphars. Ce manieur de son, applique à sa mécanique des rythmes la même recette pour l’écriture de ses textes, faisant de l’anglais un terrain de jeu idéal, les mots courts fleurissant dans la langue anglaise. Disque sympa à l’image de son auteur, « i love you » est comme un programme court qui pullule à télévision, un programme hybride se baladant entre les sixties et notre époque actuelle, entre les hémisphères. Nous aussi on t’aime bien l’ami Mathieu.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.