> Critiques > Labelisés



L’electro indie française à quand même pas mal mangé l’an dernier, coincé qu’elle aura été par le violeur Woodkid, qui avait coincé l’ensemble des médias français contre un mur, violant les oreilles sans que le moindre soupçon vienne entacher cette tête de bob West Coast. Sauf que pendant que Woodkid mettait une fessée à une presse consentante (une habitude française depuis des décennies) des gens comme Dtwice nous propose un alliage électro pop qui trouve sa source dans le meilleur de New Order, de Cure et j’en passe, sans jamais renier le principe premier qui est de faire danser.

Comme Moby a pu le faire dans une époque lointaine et révolue, Dtwice nous propose des mélodies qui savent se mettre au service du corps, sans qu’elles soient alourdies par des couches de matériaux visant à muscler le rythme.

Ce EP gonflé de quelques remixes n’est probablement qu’une entrée en matière pour Dtwice, mais celle ci force le respect, car jamais nous ne passerons sur ces « Devil’s Tune », ces « Fairy’s Blow » avec le regard du parisien qui sur un long tapis roulant préfère regarder ses pompes en faisant la tronche, plutôt que de contempler une frise artistique décorant avantageusement son quotidien si étouffant. « Night Shield » décore les instants qu’il nous offre, et propose au corps des indievores que nous sommes, la possibilité de mouvoir son corps sans dénigrer son intellect trop souvent mis inutilement à contribution. Une belle rencontre.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.