> Critiques > Labellisés


  • 4 mars 2008 /
    Bertrand Cantat
    “nous n’avons fait que fuir”

    rédigé par gdo
    1 vote
      (9/10 - 1 vote) notez cet album


Vous allez me dire il y a plus simple à chroniquer qu’un long morceau de 45 minutes, surtout après Vilnius. Comment ne pas voir en chaque phrase, chaque mot une allusion, rendant quasi-absurde la moindre interpretation. Long poême, longue fresque shamanique, ce " nous n’avons fait que fuir " n’est rien d’autre que le prolongement des fins de concerts épileptiques et destructrices de Noir Désir, ici allégées par l’absence de contrainte, par l’absence de régle conssumériste, ici Cantat et Noir Désir peuvent aller aussi loin qu’ils veulent sans passer par l’opportunuité de tout gagner. On pourra longtemps s’interroger sur le sens à prendre pour ne pas faire une sortie de route, on pourra s’interroger sur ceci, sur cela, mais ce disque n’est-il pas justement l’absence d’interrogation comme bras armé. Comédie surjouée, férré dans la fumée scénique, " nous n’avons fait que fuir " parle de direction à prendre ou non, de la direction que nous sommes tous à chercher . Nous n’avons fait que fuir à cogner dans les angles, nous n’avons que fuir devant la tache de parler de ce disque. Alors écouter le livre, lisez le disque, ou ne faites que fuir, baignez vous dans des baignoires d’or ou aimez à plus ne savoir qu’elle direction est à prendre pour fuir. Ne perdez rien ne fuyez pas, enfin pas encore, gardez bien en vue l’horizon fuyant, à force vous le rattraperez, pas comme l’histoire.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.