> Critiques > Labelisés



Après un précédent disque que j’avais laissé de côté, faute d’y trouver la flemme qui pourrait me mettre le feu, les TV Buddahs font un retour qui devrait du bruit, alors qu’eux en font moins. Avec ce titre qui pourrait être un hommage à Blake Edwards réalisateur mort récemment, le trio joue avec le blanc et le noir, mais surtout avec une plume alerte et virevoltante. En ayant désépaissît leur son, le trio a découvert qu’il pouvait écrire de belles chansons (« My Life On Screen » était une merveille inespérée chez eux), qu’il pouvait jouer du post punk sans pour autant déterrer tout ce qui se présentait devant lui. Enregistrer en Israël, pays de notre trio, « Dying At The Party » a été mixé par Tim Green, connu pour ses travaux chez les Melvins ou Sleater-Kinney. Très marqué par cette musique américaine du début des années 90, qui sortait du grunge avec en écho les mélodies du bonheur des Beatles, TV Buddahs contredit l’adage qui dit que l’on ne fait pas de bonne omelette sans casser des œufs. Le trio en cassait beaucoup, laissant les coquilles au milieu du blanc. Là tout est bien séparé, et les mets servis sont plus onctueux, mais très basique au demeurant. L’empreinte de glorieux anciens comme le Velvet est indéniable (« I want You » dans la façon de ne jamais suggérer la fin). L’envie de franchir le rubicond de la pop est palpable, et un titre comme « Dying At The Party » ferait presque belle figure sur une compilation sur House Of Love, Guy Chadwick se pacsant pour un titre avec David Gedge. Ils ont beau commencer par un échevelé « Let Me Sleep » qu’il nous est impossible de prendre au pieds de la lettre, c’est même l’inverse qui y est suggéré sur cette chanson entre Jon Spencer et les White Stripes. Ils veulent une forme de calme pour faire passer les constructions ( « I Don´t Belong In This World » est la merveille qui confirme le changement, le chant en est presque émouvant), ils ne veulent plus nous faire la guerre, ils veulent avant tout nous dire que rien ne va très bien ici bas, et qu’il serait plus intelligent de le dire avec des formes plus arrondies et agréables. TV Buddahs mousse, et je propose de vous jeter les deux pieds dedans.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.