> Critiques > Labelisés



Pendant trois ans de 1995 à 1998, Stephen Jones, plus connu sous le nom de Babybird, fut au sommet avec ces morceaux écorchés sur des albums malades puis il accepta de prendre ses psychotropes et...tout changea... Pour faire parler de lui, il proposait à Johnny Depp de faire une micro apparition sur un énième album raté et pitoyable.

Pourquoi je vous parle de Stephen Jones après l’écoute de ce dernier album d’adieu de The Crimea avant leur dissolution ?

Car je retrouve le même caractère mal ficelé mais diablement attachant dans "Squaremoon" de The Crimea (Petals Open When Reached By Sunlight) que je ressentais à l’écoute des premiers albums de l’auteur de "You’re Gorgeous" qui essouffla son inspiration dans cette urgence à nous faire découvrir son univers trop vite tari.

The Crimea, c’est ce groupe de Camden en Angleterre mené par son chanteur, Davey MacManus, auteur de trois albums plus que présentables, "Tragedy Rocks" en 2005, "Secrets Of The Witching Hour" en 2007 et ce "Squaremoon", double album bancal et paradoxalement de haute volée édité il y a peu. Avec "Squaremoon", The Crimea signe l’épitaphe du groupe, le chanteur partant fonder un orphelinat en Afrique Du Sud... De ces épitaphes qui conjuguent le sacré au mode Bordel raffiné, qui se jouent des limites du bon goût... Parfois on se croit emmené dans les images de Wong Kar Wai magnifiées par les mélodies de Patrick Doyle dans "2046" (Listen To Seashells They Know Everything) puis on bascule dans l’exubérance contagieuse des Kinks (If I See My Reflection One More Time) dans des univers jamais lointains de I’m From Barcelona ou des Polyphonic Spree pour déraper vers une lithurgie anarchique (The Road To Damascus)... Musique de grand écart tour à tour Pop ligne claire à la Prefab Sprout (Mountain Of Strange) puis expérimentalo-psychélo-foutraque, The Crimea désarçonne et nous mêle à cette confusion qui dérange les étiquettes...On croit entendre un cœur qui bat lentement derrière les élucubrations mélancoliques de Davey MacManus.(The Only Living Boy And Girl) "Squaremoon" ose les images christiques rédemptrices dans ces mélodies faussement naïves aux degrés de lecture nombreux.(Judas Loves You) The Crimea lâche des hymnes pour stades minuscules avec une désinvolture classieuse (The last Plane Out Of Saigon).

The Crimea déniaise vos souvenirs de catéchèse où vous passiez plus de temps à lorgner sur le duvet doux mille fois fantasmé et inaccessible des jambes de Béatrice aux formes généreuses qui vous effleuraient à chaque prière agenouillé et qui vous mettait dans des états jamais oubliés...

Ce nouvel et donc ultime album de The Crimea ne changera sûrement pas grand chose au destin du groupe ,il n’amènera pas plus de nouveaux auditeurs au groupe , il ne révolutionnera pas non plus l’histoire de la pop mais pour un instant seulement il vous dévoilera ce que vous n’aviez pas vu de votre voisine, Béatrice quand vous aviez quatorze ans et tous vos rêves intacts...

The Crimea - The Only Living Boy and Girl from The Crimea on Vimeo.

http://www.thecrimea.net/




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.