> Critiques > Labelisés



Sorti en mai dernier, « Shepherd Of The Moon » est un disque enivrant et frénétique. Boostés par une contagieuse énergie, Lee-Ann Curren et Philip Caradona, ce duo originaire de Biarritz, donnent la sensation d’une rencontre rêvée entre Liz Phair et Kele Okereke jouant des inédits 90’s des Pixies. Car chez Betty The Shark, l’auditeur est trimballé en plein cœur d’un rock californien libéré, solaire mais carnassier. Et pour cause : cette musique ressemble à un concours de surf avec le risque de se faire alpaguer par un requin. Adrénaline et vitesse, grattes façon montagne russe, mélodies saignantes… Pourtant, plus l’album avance, plus celui-ci devient mystérieux et insidieux ; parfois langoureux sur certains titres, proche du trompe-l’œil. Betty The Shark : groupe qui ressent l’extase mais s’autorise également la descente de l’after, l’aveuglement migraineux du soleil et la sournoiserie de l’océan. De l’indie-pop qui fait mine de surchauffer l’enthousiasme du public pour mieux l’engloutir de ses mâchoires. Patrick Swayze s’offrant à la méga vague des cinquante ans. Les filles de « Spring Breakers » débarquant soudain en plein cauchemar filmé par Tobe Hooper. Le label du groupe se nomme « Summer Bizarre ». Et en effet : jamais la saison estivale n’avait semblé aussi distordue, labyrinthique et dangereuse qu’ici.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.