> Critiques > Labelisés



Parmi les disques francophone de l’année 2017, celui-là était attendu. Depuis plusieurs semaine déjà, on voit fleurir aux quatre coins du web des chroniques unanimes, ou presque. En général, je n’aime pas trop me frotter à ces albums qui réveillent une sorte de hype – du moins, je préfère attendre une bonne année avant d’y jeter mes oreilles, histoire de laisser retomber la pression.

Mais cette fois, j’ai choisi de ne pas me dérober.

Il y a quelque chose de tendu, une folk tirant sur le rock français, une attache à cette grande famille dont les patriarches pourraient être Miossec, Dominique A, Jean-Louis Murat ou encore Alain Bashung. Les sommets d’une figure géométrique pas très bien définie mais au milieu de laquelle on pourrait croiser Florent Nesles par une froide nuit sans lune. Sa voix chaude et souple peut aussi bien vous murmurer la force de la forêt que briller haut dans le ciel, elle porte des mots doux qui semblent jouer avec les images et prennent mon esprit pour un écran de cinéma.

Mais avant tout ça, c’est la magnifique ambiance sonore de l’album qui m’a touché. Avec Alain Cluzeau aux manettes, la production touche ici ce nirvana que j’aime tant : on enfile son casque, on ferme les yeux et on voit les musiciens apparaître, on sent le bois des guitares, on perçoit le souffle de la contrebasse. Comme si tous ces rêveurs avaient choisi de rêver ensemble, chaque musicien vient se poser en personnage magique d’un conte fantastique. Les textes de Nesles pourraient se lire, mais il sont si merveilleusement bien accompagnés qu’on gouttera son plaisir jusqu’au bout.

Pourtant, oui, il y a un mais. On a parfois envie que l’ensemble parte, rue dans les brancards, éclate les barrières de la finesse, de la si belle poésie qui règne ici. C’est un drôle de regret, mais oui, je regrette l’absence d’une colère que je sens pourtant poindre par moment.

Malgré ce petit bémol, j’ai hâte de prendre un train à travers l’hiver, de caler mon regard dans le vide d’un paysage qui défile trop vite, et mes oreilles bien au chaud dans les chansons de Nesles.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.