> Critiques > Labellisés


  • 21 novembre 2011 /
    Capsula
    “In The Land of Silver Souls” (BCore Disc)

    rédigé par gdo
    1 vote
      (9/10 - 1 vote) notez cet album


Dans le style Capsula ne va pas révolutionner la musique actuelle, ne va ouvrir aucune chapelle ou cathédrale et ne donnera pas à Kim le désir de rejoindre Thurston, même si ce nouvel opus de nos Hispanos-Argentins n’est pas sans nous rappeler un moment important de la carrière de Sonic Youth, Goo.

Les chansons sont comme chez les New Yorkais des pop songs parfaites sous amphétamines, déviants d’une route tracée vers les charts et les stades vers quelques choses de plus chaloupés, de charpentés dans le son, un brin noizy. S’appuyant sur une section rythmique solide et sur des guitares funambules sachant prendre le bien là ou cela peu faire mal, la force cérébrale et vocale du combo (mot interdit avant quarante ans) argentino basque peut se balader entre lyrisme de sous sol et rage polie. A la puissance du son le chant pratique l’utopie volontairement ou pas, celle de baigner un corps dans le l’acide en fusion (les forts en physique n’ont pas besoin de me faire une thèse sur l’impossibilité qu’a l’acide de rentrer en fusion, je m’en tape) et le ressortir presque à l’identique, juste les côtés teintés de rouge.

Comme les Black Angels ou autres Black Rebel Motorcycle, Capsula rend allégeance au rock à la manière d’un adolescent qui se rendrait à son premier rendez vous avec un pot de fleur plutôt qu’avec des fleurs coupés, on retiendra le geste, on oubliera bien vite le raté sur le choix du présent, car le plaisir d’offrir et de recevoir est au rendez vous. La suite de l’histoire c’est que Capsula à l’instar de Sonic Youth un soir de transmusicales, pourraient bien nous jeter les pots de fleurs dans la face. La musique est sonique, dynamique, écrivant les lettres Rock ‘n Roll à grand coup de manche de cordes et de baguettes.

Puissant, robuste, capable d’hymne rock pouvant fissurer les entrailles du Monumental de Buenos Aires, Capsula est de retour avec un disque qui répond à une question éternelle, pouvons nous nous accommoder uniquement du silence. La réponse de Capsula est non, tout en prenant garde de ne pas emmerder le monde pour autant. De très bons voisins, qui ne jettent pas encore la vaisselle contre les murs.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.