> Critiques > Labelisés



Un nouvel album un peu trop près des étoiles

Je me suis installée confortablement dans le vieux canapé Cheserfield du salon, moelleux bien que légèrement défoncé. Je venais de passer une journée de malade, au sens littéral du terme : maux de tête, reniflage continu, tête au citron et aspirine pour tenter de me soigner. Lorsque les forces me sont revenues, j’ai eu la force de ne pas allumer la télévision pour découvrir les téléfilms de Noël diffusés sur M6, toujours plein de promesses (d’amour, de réussite, de bienveillante et rassurante morale). Sans doute que les airs rock plein de tremblements du duo belge My TV is Dead étaient plus appropriés, même si je soupçonne l’un des airs de leur deuxième et nouvel album, Gravity, d’être l’un des génériques de fin d’un de ces téléfilms. Justement à cause de cette émotion virile un peu surjouée. My TV is Dead revient après Freedomatic, sorti en 2009, quatre années de silence, donc, de concerts et de recherches également. Amaury Massion chante un peu comme s’il voulait faire de My TV is Dead un REM à la belge et Joël Grignard l’accompagne aux guitares. Il y a aussi des touches de pop, d’électro, claviers à l’appui, de percussions, ou de new wave, il paraît... La production permet au chanteur des envolées spatiales ("Gravity", c’est le nom de l’album, on vous le rappelle), c’est à la fois rock et accessible, un genre mainstream qui leur vaut par les médias belges d’être évidemment comparés à à leurs aînés de dEUS, voire Girls In Hawaii (à l’époque de leur premier album).

Peut-être devraient-ils moins s’éparpiller dans différents genres et s’accrocher à leurs sonorités noisy qui leur ressemble bien, et réduire la voilure en termes d’arrangements et de production, d’être plus en profondeur, de se faire aspirer par la gravité et ne pas rester en surface, au risque de séduire un peu moins, mais de se faire aimer un peu plus. Bref, faire le choix du sale et non du propre, celui de vouloir trop briller. My TV is Dead devrait chercher dans le rock moins la lumière que l’obscurité.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.