> Critiques > Labelisés



La difficulté était de taille, mettre en musique des textes de celui qui a longtemps était classé dans la catégorie des nouveaux réacs. Bertrand Louis avait face à lui un matériel à part dans la littérature, une écriture à la sauvagerie froide, le moindre détail pesé, tel un chimiste dans les dernières phases d’une découverte. Mettre en musique ces textes c ‘était aussi prendre le risque de le démembrer, de lui faire perdre de sa droiture. Bertrand Louis devait réaliser un mécano audible, une synthèse entre cette écriture de Philippe Muray et son écriture musicale.

Et la magie (mot peut être à bannir quand on parle de Muray) opére, les mots à la froideur glaciale sont portés par un courant chaud, celui du chant presque dilettante de Bertrand Louis, comme si le cynisme possible était assumé pour laisser place à une bienveillance presque coupable quand on défend ces mots. Un exercice de style avec du style, une touche très french d’appréhender la littérature en musique, l’un donnant du sens à l’autre, l’autre rendant plus proche l’un. Avec vous.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.