> Critiques > Labelisés



Cet Ovni est arrivé hier dans ma vie. J’étais pas prédisposé à une quelconque envie d’écouter de la musique ludique, joueuse. Non j’usais encore et encore mes disques noirs, ceux des musiciens qui te font comprendre que pour eux cela va encore plus mal que pour toi. Dehors il pleuvait encore et encore, et puis la prévision de payer encore plus d’impôt que mon voisin, qui lui arrive à se payer les travaux de sa maison, donnait à mon moral la coloration du mercure dans un congélateur.

C’est alors qu’est arrivé « Michel », le « Michel » de Funken. Une pochette de disque à se faire kidnapper par ma fille pour finir dans sa chambre, et des chansons délirantes sans jamais dépasser la limite du bon goût, et une musique qui sait piocher partout où nous aimons. Car ce disque est tout à la fois une immense bouffée d’oxygène, mais c’est aussi et surtout un hommage ludique à la musique que nous aimons tellement. Dans le milieu peine à jouir ou pisse vinaigre de la musique dite indépendante, ce genre de disque est une bénédiction, une machine à bulles de savon qui n’explosent que pour en créer d’autre. Toutes les chapelles peuvent se retrouver dans cette kermesse maligne et un rien barrée.

Cette démarche n’est pas sans nous rappeler le premier Mein Sohn William ou les premiers Beck bricolés, sauf que là le bricolage de Funken est digne d’un travail d’architecte. Car ne vous trompez pas, je ne vous présente pas un joyeux luron qui fait de la musique comme votre putain de voisin qui ne paye pas d’impôt mais qui joue du synthé pour les fêtes du village. Funken est un musicien d’une sensibilité évidente, la fragilité de ses compositions est palpable, et sa mixture hip hop folk rock pop, devrait être un breuvage que l’on devrait donner à l’ensemble de la population afin de quitter la dépression nationale sans passer par la chimie manufacturée.

Textes joueurs et tendres et hilarants, musique pétillante et intelligente, que voulez vous de plus pour amener le bonheur et la joie sans pour autant pactiser avec ce beauf de voisin qui ne voit le bonheur que dans le malheur des autres. Merci Funken pour ce disque merveilleux, là j’ai les yeux brillants de l’enfant que je ne suis plus, j’ai songé à définitivement lâcher la bride et faire de « Michel » le roi du pays que je veux voir naitre. Un acte quasi politique de bonheur et d’amour de l’autre. MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI………..FUNKEN




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.