> Critiques > Labelisés



Et mon cul c’est du Tofu est un micro label indispensable. Jessica 93, Top Montagne, Bile Clinton, Missfist, Berline 0.33, Trotski Nautique font partie entre autres du catalogue.

On est donc dans les sous sols de la musique française, mais on ne veut pas que ça soit mal interprété, et "sous-sols", c’est pour ne pas dire une fois de plus "underground", même si, on est d’accord, cela veut dire exactement la même chose, mais "underground" me donne l’impression de me lancer dans une dissertation sur le rock punk des années 80 à New York. Or nous sommes bien en 2014 avec Taulard.

Le groupe se revendique punk à synthé. le son est un peu crade, étouffé, le chant est en français. Moi qui ai beaucoup écouté de rock alternatif dans les années 80-90, mon oreille n’a pas pu s’empêcher de trouver des correspondances. Sans parler du hardcore de l’époque, et il y a aussi une pointe de new wave là-dedans, forcément... Le côté cheap, énergique, la combinaison synthé-basse-batterie-chant et l’univers du groupe est à contre-courant de biens des tendances actuelles (ce n’est ni psyché, ni pop, ce n’est pas fait pour plaire -mais ça plaît).

Le 21 juin 2013, ils devaient jouer devant une pizzeria. mais le patron a planté le groupe qui a trouvé une autre solution. J’ai beaucoup de tendresse pour cette histoire. Elle est à l’opposé de celles de groupes se revendiquant de l’underground et qui ont bien mis en scène leur entrée dans le monde musical français (Taulard n’est pas Fauve, c’est ça que je veux dire). Et il faut dire que cela me rappelle des souvenirs, quand mon frère et les copains jouaient aux fêtes de la musique devant une poignée de potos et des gens avinés qui leur balançaient des canettes vides pendant le concert.

Et Taulard raconte ce qu’on a tous à peu près connu, les rues tristes, un avenir pas très avenant ("fuir, partir, s’échapper, foncer, courir, bondir de rocher en rocher..."), grandir, la solitude, les grandes et petites aventures de nos vies plus ou moins médiocres... Josselin, le chanteur, est un gamin bien inspiré, avec ses copains qui sortent de l’adolescence (c’est l’impressionnent qu’ils nous donnent et on se moque pas d’eux en l’écrivant), on va les suivre de près.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.