> Critiques > Labelisés



Un an à peine après la parution de leur cinquième et excellent album "Hirondelle et Beretta", bande originale d’un polar imaginaire qui rend hommage aux musiques de film de François de Roubaix, les Lyonnais de Tara King Th. reviennent sur le devant de la scène avec un nouvel LP intitulé "8". Album pour lequel ils se sont associés aux danois d’Halassan Bazaar, un quintette folk psychédélique auteur du très remarqué "How To Be Ever Happy" sorti en 2012 chez Moon Glyph. Dès l’ouverture de l’album, leur collaboration nous offre un morceau instrumental aux accents jazzy où l’orgue farfisa et le clavecin s’entremêlent à merveille et nous propulsent à la fin des sixties. Après cette mise en bouche, les voix entrent en scène sur un des temps forts de l’album, le magnifique "Rot inside" avec son refrain imparable et sa rythmique martiale. Un titre qui voit le duo vocal, Béatrice Morel Journel et Fredrik Rollum Eckhoff, cligner de l’œil vers Nancy Sinatra et Lee Hazlewood sans tomber dans la caricature. Les titres qui suivent sont du même acabit et démontrent une étonnante cohérence artistique et une maitrise des ambiances sonores. La section rythmique basse-batterie porte des arrangements de claviers et de guitares que n’auraient pas renier Gainsbourg période Melody Nelson. Quant aux voix, elles nous transportent littéralement notamment sur "Below your deepest expectations", sans contexte un des sommets de l’album. Au terme de ces 9 titres enregistrés en une petite semaine, Tara King Th démontre qu’il est un des groupes phares de la vague néo psychédélique française du moment avec d’autres artistes comme Orval Carlos Sibelius, Dorian Pimpernel ou The Liminanas. Un groupe en quête perpétuelle de renouveau et d’exigence musicale comme le prouve "8". On attend une suite avec impatience.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.