> Critiques > Labelisés



Que faisais je à 22 ans, à part distendre encore et encore mon temps passé sur les bans d’un fac, histoire de ne pas basculer dans le monde des trop grands. Je ne cherchais pas la perfection, sauf celle de prolonger un hédonisme tout aussi fondateur que destructeur, empiétant sur une espérance de vie en la préparant pas spécialement bien, n’y mettant pas les ingrédients indispensables. A 22 ans en 2016 Ed Tullett sort son premier album au nom très français de « Fiancé », et ce jeune anglais montre qu’il n’a pas l’intention de végéter longtemps dans la post adolescence, de laisser aux autres le costume d’un potentiel Tanguy pour marcher dans les pas d’illustres prédécesseurs, qui avaient déjà en tête une discographie implacable à mettre en branle avant la trentaine, se faire introniser dans une forme de All of Fame, donnant le vertige aux laborieux.

Avec « Fiancé » Ed Tullett ne fait pas dans la demi mesure, signe une œuvre quand d’autre construise une marche. Sauf que pour monter dans celle ci les modes d’accès ne sont pas nombreux, et si la voix est là pour essayer de nous porter, elle fini par provoquer chez nous une forme de tentation du départ, nous détournant de morceaux à l’écriture habitée et inspirée (Kadabre est une pièce prodigieuse). Sur une electro(nica) folk déployée avec des moyens dispendieux (les économies ne sont pas à chercher ici) ce jeune anglais nous fait dévisser tant lui tente de monter haut, très haut, nous donnant un vertige rédhibitoire. Si ce sont des arpèges d’une guitare acoustique qui sont chargées de nous accueillir, Ed Tullett arrive comme une diva précieuse pour nous présenter le propriétaire. Si on excepte le prenant « Malignant », le chant n’affrontera jamais la musique, celle ci se retrouvant noyée par une voix, statue du commandeur d’un disque démesuré, sorte de Xanadu dans lequel il est difficile d’entrer sans être gêné par la grandiloquence d’une jeune homme qui pourrait se bruler la voix à vouloir bruler les étapes. Comme quoi nous ne sommes pas toujours raisonnables quand nous avons 22 ans.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.