> Critiques > Labelisés



« Le rock social n’existe pas en France, y a pas la place ». C’est une des phrases dont Lomostatic se fait l’écho ironique sur Nyctalope tiré de son dernier album éponyme. Album addictif en diable et une des meilleures preuves de la vacuité du postulat. Il en va de même du Désamour de Mathieu Malon qui continue de nous bouleverser et de celui à venir de Summer sur lequel nous reviendrons forcément ici bientôt tant le choc Front Wave est puissant.

Si ces habitués de nos pages et de nos platines poursuivent un parcours sans faute, l’arrivée du duo franco-islandais ÙØ en est une nouvelle preuve réjouissante. Dès le titre Fckff, contestataire malgré l’amputation des voyelles, et les premières notes de Revøid qui ouvre le disque : Batterie martiale, claviers intenses, voix légèrement déformée pour crier le refus de soumission à l’ordre établi. Cet uppercut inaugural, au croisement du rock, du punk, et de l’électronique dégage une énergie brulante encore plus intense sur Ønus qui nous avait mis KO lors de la composition du dernier volume de nos compilations.

Cette contestation pourrait tenir lieu de posture vide de sens si Elise Aur
& Einar Gustafsson, les deux membres masqués du groupe, n’interrogeaient pas leur (pardon…notre) propre rapport au monde, les petites bassesses intimes ou publics, l’incapacité à agir sur l’ample Qùaint ou sur Neurøtic qui questionne le rapport à l’action et l’engagement : « tout est faux tout est vrai, l’image, le son, // un avis qui se change au grès du vent // effleurer en surface c’est déjà presque trop // T’as déjà oublié que t’as voté pour çà ».

Sur #3, morceau dont le titre et la rythmique invite à la filiation avec l’album culte de Diabologum, la voix se dévoile au fil d’une marche vers une source chaude, sorte de « cité perdue de Z Islandaise », salvatrice et peut-être chimérique d’où jaillit peut-être une des clés qui mène à l’équilibre instable nos contradictions : « ne jamais s’arrêter c’est le deal, ne jamais s’arrêter ou tout est fini ».

Ce morceau, au fil des écoutes, se révèle également une évocation sur la quête d’absolu mais aussi et peut-être avant tout sur le manque et l’absence en faisant un des titres les plus bouleversants écoutés récemment.

En livrant son engagé Fckff, ÙØ, apporte une preuve éclatante que le rock social français et ouvert aux influences, nordiques et électroniques ici, est plus que jamais présent, actif et créatif tout en confirmant au passage le rôle d’activiste acharné en la matière de Falls Avalanches Records.

https://uoband.com

https://fallsavalancherecords.bandcamp.com/album/fckff

http://www.adecouvrirabsolument.com/spip.php?article7158




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.