> Critiques > Labellisés


  • 9 janvier 2019 /
    Delgres
    “Mo Jodi” (Pias)

    rédigé par gdo
    4 votes
      (10/10 - 4 votes) notez cet album


Dans un style totalement différent, ce disque de Delgres est à ranger à côté du somptueux "Acadie" de Daniel Lanois (pour le style il faudra plutôt aller chercher chez le meilleur des Black Keys).

Dans un style totalement différent, le groupe Delgres est à ranger à côté de Morphine dans cette composition restrictive (ici guitare, batterie, tuba cabossé ou soubassophone pour les spécialistes) se jouant de l’impossible pour se créer un possible plus grand.

En cette période de fête obligatoire où les chansons créoles (Kassav and Co) qui rythment une soirée dansante sont à ranger au rang des coupables d’une aversion pour les réunions disparates à des fins festives, les chansons de Delgres sont des antidotes radicaux. Le mélange des langues ajoutent à la force des titres une recherche dans les sonorités illuminant un propos parfois empreint d’une légitime souffrance, donnant dans la rage rentrée (Mo Jodi) ou dans la tristesse noyée dans une mélancolie plus présentable (vivre sur la Route), voir dans une forme de tendresse ne tombant jamais dans la vengeance à exprimer, plutôt dans l’idée de mettre le fautif face à l’horreur de celle-ci (Mr President).

Portant le message de louis Delgrès, héros de la lutte contre l’esclavage en Guadeloupe, le trio arrive à ne pas trembler en le portant, celui ci lui donnant la force de ne pas flancher, peut être même pouvons nous parler ici de responsabilité..

Un disque de « bonhomme » oserais je dire , un blues lourd et puissant piochant dans le passé en l’accompagnant dans des steppes plus contemporaines, qui assène des coups de boutoirs puissants. Un disque politique sans tomber dans la caricature pompière du porteur de T-shirt du Ché ou d’une faucille et d’un marteau, cet album de Delgres combine à la fois le corps et l’esprit, arrivant à nous faire danser avec sensualité le temps d’un « Sere Mwen Pli fo » qui pourrait réconcilier des amoureux d’une musique collée serrée et les indécrottables ayatollahs de la cause indépendante. Delgres lui n’est pas porteur d’une cause, il nous parle avec un coeur énorme et une force constructive, balayant les clichés pour nous infliger le coup de grâce de l’année 2018, ratatinant nos préjugés et s’installant comme LA découverte inattendue de l’année 2018.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.