> Critiques > Labellisés



Le disque s’ouvre avec un morceau imaginaire des Pixies qui serait interprété par la sœur jumelle de Jean Bart, et rien qu’en disant cela, en l’imaginant, la curiosité ne pourra que prendre le pas sur tout. Nika Leeflang, connue pour sa participation à The Liminanas, est le chaînon manquant entre Brigitte Fontaine et Kim Gordon, la cousine française de Chan Marshall, la correspondante d’un collège du Dorset. Cela fait beaucoup de références pour une seule chanteuse, mais Nika Leeflang, non seulement, les assume, mais avec « Bad Sunday » pourrait bien s’inscrire dans ses lignées sans avoir à rougir. Mélangeant français et anglais, elle joue les funambules entre deux mondes, faisant même de la langue d’Angot, la poésie altière qui ici convole en justes noces avec un rock dévergondé. Sensuelle et rugueuse ( « Swimming Pool  » est un plongeon vertigineux dans les eaux les plus prisées des 90’s indé) Nika Leeflang détrousse nos certitudes pour les emmener dans un laboratoire pour un lifting. Les neufs morceaux sont des propositions à la fois d’une grande liberté, mais aussi d’une fantastique érudition, les hommages et les connexions perlants ce collier que nous arborerons fièrement, le coude sur la porte d’une décapotable patinée par le temps. Cours et ramassé, irrigué par une collection de clins d’œil charmeurs, « Bad Sunday » a un pouvoir de séduction dont nous n’avons pas fini de faire le tour.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.