> Critiques > Labellisés


  • 3 mars 2008 /
    Bear claw
    ““slow speed deep owls””

    rédigé par gdo
    1 vote
      (9/10 - 1 vote) notez cet album


Pour soigner des enfants hyper-actifs, les pédiatres conseillaient de canaliser l’agitation des enfants en les surexitants, les fatiguants grace à de la caféine. Le résultat se mesure des années plus tard en la présence de Bear Claw. Si l’aspect psychologique du traitement n’a jamais été étudié, les ravages et les sequelles sont à la mesure de l’écart entre ce que le bon sens préconisait et ce que la mathématique faisait découler. Slow speed deep owls, disque turbulant mais surtout puissant. L’intro post rockienne est la glace sans teint d’une pièce en pleine dévastation, un endroit où l’on fracasse les meubles à coup de hache pour en faire des cubes ou des triangles, des figures géometréiques plus en adéquation avec une attitude carthésienne face à la création musicale. Pas de fausse note, mais uniquement des suites logiques, un nombre Pi en symphonie bruitiste. Rageuses et bornée les fléches sonores pulvérisent la sciure du bois loin de leur air pour ne par brouiller la vue (le fantastique distant anthology ne laisse rien à la facilité). Attention à la puissance des vents allant dans notre direction, ils peuvent nous fracasser comme le fait Bear Claw dans un mur de son et de rage.

Sick room records




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.