> Critiques > Labelisés



Une ballade au milieu d’une foret de tristesse, de beauté. La pochette de ce magnifique disque vous met de suite dans l’ambiance. Marissa semble être une de ces femmes sensibles, dont le cœur a vécu trop de tourments pour qu’ils ne soient pas exposés. Et la plus belle des expositions est ce fabuleux journal intime mis en musique, avec comme allié une guitare en bois et quelques ustensiles tels qu’un banjo ou un orgue. Marissa va même jusqu’à mettre en musique un extrait de Pablo Neruda, renforçant le côté sensuel et noir de ce disque. La voix de Marissa aussi douce qu’un écrin de satin, nous semble à la fois loin (pour l’utilisation de la reverb) et proche, comme si elle nous chantait ses chansons dans le creux de l’oreille. Alors on peut évidemment reprocher au disque un certain manque d’originalité, mais quand la musique est aussi belle peu importe qu’elle soit originale ou pas. Une fois de plus nous voila charmé par le chant des sirènes et je n’ai jamais été aussi prêt d’aller m’empaler sur des rochers. En vous remerciant .




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.