> Critiques > Autoproduits



Rares sont les accroches de feuille de presse qui donnent à son lecteur l’envie d’en entendre plus. Entre références et slogans version Ardisson, les labels ou les artistes eux même, confondent la sincérité et l’amalgame entre un disque et un baril de lessive. Je sais pas pourquoi mais le « Côme n’est pas rebelle. Côme vit dans son monde » m’a chatouillé, et a donné à mes oreilles le désir d’entendre. Déjà surprise ce sont deux hommes que nous avons aux commandes du disque. Là où certains parviennent à peine à tisser une toile dans laquelle nous tomberons, eux nous emprisonnent dans « luna » ou « godamn night ». Nos deux Côme surprennent déjà par la voix de François, comme si Bob Mould avait vieilli ses cordes vocales. Ensuite ils nous prennent par surprise ne construisant pas leurs chansons, comme on construit un collier de perle, faisant des nœuds pour partir autre part, donnant au rock un vrai sentiment de liberté, loin des modes et des carcans. En six titres (comment se remettre de « cancel » ou du ubuesque « willing to chance it ») le duo François et Lucas fait l’éloge d’une liberté artistique et d’esprit qui nous confond d’admiration, et ça c’est pas du slogan non plus. A découvrir absolument.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.