> Critiques > Labelisés



Il a bien caché son jeu. Faisant le timide, se contentant de sortir deux disques sur le petit label de Brooklyn, Apestaartje. Et ben la il est gaulé. Pris la main dans le sac. Brendon avec " Falling air " ne fait plus son faux timide, il affiche ses ambitions, et sort un disque étonnant. Forcement plus maîtrisé que les anciens, il est aussi moins abscond, plus expressif. Du drone lancinant de " The Open ", au magnifique instrumental " One more year " en passant par le folk " Rode, Riding to ", Brendon prend la peine. Il ose, il nous rend triste, il touche un peu à tout, pour semer le trouble et nos esprits. Et il nous mène effectivement à la baguette le long de ces dix morceaux, comme autant de morceaux de sucre qu’on laissera fondre sur la langue au point d’en faire une overdose. Car il le vaut. Parce que " Falling air " est un magnifique disque, à la fois triste, bancal et enchanté. Et pourtant la porte était grande ouverte. Mais il a décidé de passer par la fenêtre, comme ça, pour voir. Voir le vide sous ses pieds, l’a apparemment stimulé. Un disque américain, avec ce " Off the side " somptueux, avec ce " Holes " monstre de noirceur et de beauté, ou ce "They’re still here " honteusement décalé. Si l’envie vous dit. Un très beau disque, une belle découverte, et l’envie de continuer notre route avec Brendon. Ouais il le vaut bien. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.