> Critiques > Labelisés



Matrice est une quête. Un battement originel. Entre ciel et terre. Un livre des secrets traversés de fulgurances littéraires, venues d’ailleurs. L’essence d’un savoir ancestral...Mais pour trouver quoi ? Des revenantes, des murmures, un tonnerre... « Je suis à toi...Tu es à moi » ... On s’élève en l’écoutant, cette autre terre, et son contraire... Ce « dialogue de révélations », battu par un vent électronique, rythmé comme une étrange prière krautrock. Un « chemin de l’ascension » ... Brins de rameau, cordes d’une guitare doucement caressées... Du « haut vers le sol », emporté par la puissance quasi sacrée de certaines paroles, d’une diction lancinante, apaisante, hypnotique...

L’intuition qui irradie le parcours, le sublime, à la manière d’une danse derviche. Chants hantés, dont l’inquiétante lenteur entraîne peu à peu, dans les méandres de feuillets sans âge. Acte de transmission aussi, infiniment rare et précieux à cette heure si cruellement dénuée de sens. D’une spiritualité ante-religieuse. Alors qu’elle irrigue pourtant tellement de pensées. De « paroles insensées » qui portent non la vérité, mais qui éclairent la route éternelle qui y mène... Cette terre est foutue, le bonheur est ailleurs. Il est l’aptitude à se donner. A plonger corps, et son âme, dans le cœur de l’Autre. Cet être, « pierre de lune », qui finira par nous sauver du froid.

Et puisque cette quête de la connaissance, ce don...sont au fond si proches de l’amour, le chemin est perlé d’un romantisme noir. Le plus beau. De son attache ensorcelante, ce langage aérien, aux motifs répétitifs. Enlacement, égarement...L’attente est si longue...Si pénible...Comme les paroles de Matrice, elle frôle parfois le surréalisme, l’humour noir...L’amour cannibal... « Tu es mon otage »... On se livre à Matrice, à sa beauté, son infinie culture... On danse, on s’aime, on se dévore, on se tue, on s’accompagne, on se boit, on est vivants... D’une autre vie. Du jour, de la nuit, de ses draps encore brûlants, parfois trempés... D’un seul élan, ce mouvement ancestral...De moi vers toi... De l’ombre au soleil introuvable. Le cercle parfait... « Si je t’enchante »... J’y reviendrais. Encore et toujours. La plus belle des consolations.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.