> Critiques > Labelisés



Pylone nous arrive de Toulouse, et dans le style noise rock c’est probablement l’un des plus belles réussites de notre bel hexagone. Si vous êtes affolés par le bruit actuel que peuvent faire les urnes électorales, Pylone vous offre une démonstration de colère froide à maitriser, de caresse amadouante qui ne laisse pas présager la suite à celui qui la reçoit.

L’album, qui est le premier du groupe est un précis de noise rock qui serait la meilleure façon de quitter sa rage improductive pour une plus emprunte de retenue et surtout de moment de mots ficelés pour étrangler au final celui qui recevrait cela sans préparation. Il y a même quelque chose d’hypnotique dans cette musique, comme sur le mémorable « White Dress », titre qui ne laisse rien transparaitre et qui pourtant démontre quelque chose de gigantesque à côté duquel vous pourrez vous sentir très petit. Que dire de « Tumbledown » ou de « Clear Black » et leurs intros qui ne laissent rien présager de ce qui va suivre. Avec « Le Combattant » le groupe signe sont chef d’œuvre, morceau qui fait se rencontrer chanson à texte post rock et noise rock, nous laissant abasourdi par la puissance du chant, la maitrise presque poétique de la rythmique et des guitares toujours aussi économes d’effet mais puissantes dans ce qu’elles suggèrent. Restera à « Marangoni » de tout lâcher dans un dernier morceau rapide et cabossé, une compression de leur talent qui ne se discute même pas.

Car Pylone si n’asséne aucune vérité, ce disque lui nous asséne un bon coup de poing dans l’estomac et une belle marque dans un organe indétectable par les scanner, l’esprit. Là où beaucoup se prennent les pieds dans un tapis épais de la redite, Pylone avance avec la patience d’un mathématicien qui sait qu’au bout de ce temps que d’autres appelleront perdu il trouvera une équation qui lui donnera des clés. Pylone a des équations à vous offrir. Quel disque !!




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.