> Critiques > Labelisés



Dans la série moi l’été je donne au soleil une lettre de mission vers l’enfer afin de me retrouver dans le noir lugubre et glacial, vous présentant Fufanu.

Ils nous arrivent d’Islande, ils sont aussi dark que Bjork pourrait essayer d’irradier le monde de son art sur le centre de son monde, son nombril. Ils ne sont pas fan d’un quelconque footballeur africain jouant en première league à West Ham, ils doivent juste aimer dévaler des montagnes en BMX, d’où ce nom de groupe qui fera le bonheur de vos enfants en phase de révision des syllabes.

Kaktus démultiplie des trésors d’imagination pour ralentir son chant au maximum, afin de ne jamais produire une énergie telle qu’elle mettrait de la lumière dans cette musique qui n’est pas sans connexion avec Bauhaus ou Joy Division. S’il n’est pas un musicien piquant il est le fils d’un des membres des Sucargubes, à ce demander si madame Guðmundsdóttir n’est pas la pythie de la musique des glaces, sachant que Fufanu sont également sur …… One Little Indian.

Musique se déjouant du dictat de la vitesse et de la lumière, ce premier EP de Fufanu devrait vous débarrasser de cette méchante canicule, glaçant l’atmosphère. Fufanu cache le soleil mais pourrait vite se voir sous le feu des projecteurs.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.