> Critiques > Labelisés



C’est de Glasgow que nous arrive cette nouvelle sensation rock, cet after punk qui aurait remonté le temps, embarquant dans ses valises les échos « manchestériens » de Joy Division, l’urgence quasi lyrique des débuts vacillants d’un U2 pour les transposer dans un univers plus proche de nous, celui d’un Wu Lyf moins urgent, plus héroïque.

Il y a dans la façon de présenter ces titres une forme de maitrise dans l’excès, nous obligeant à monter le son (Rose) sans jamais forcer celui ci à son maximum. Il y a dans la grande majorité de ces titres une rythmique qui se cache timidement à la première écoute mais qui vous prend ensuite aux tripes, vous entrainant dans une danse presque tribale.

At Hope’s Ravine est à mettre au même niveau que le premier album d’Interpol, des influences assumés, une signature évidente et des tubes à ne plus savoir qu’en faire, tant le disque en regorge (Covenant (ill) / Silences). Et puis un frontman qui chante, cri à s’en détruire des cordes vocales que nous sentons s’effilocher, faisant de ses paroles des slogans poétiques qui semblent se battre contre des bourrasques (la basse gigantesque par endroit est digne d’une alerte cyclone). Pat Hynes se débat avec aplomb comme un Ian Mc Culloch (qui lui a surtout à se débattre avec son égo) qui aurait tué son fils illégitime de Coldplay pour en trouver un plus présentable et estimable. Car Holy Esque est une sensation véritable dévalant comme un beau diable sur des sommets qui pourraient rapidement ne pas être assez haut pour lui, tellement ce groupe écrase les distances et les obstacles avec une facilité, une maitrise et un talent rare. Un disque qui fait et fera du bien à ceux qui aiment gouter des plaisirs passés dans le confort du présent. Enorme.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.