> Critiques > Autoproduits


  • 13 septembre 2018 /
    Typo Clan
    “Standard Cream” (Site)

    rédigé par gdo
    6 votes
      (10/10 - 6 votes) notez cet album


Typo Clan ne nous arrive pas de Brooklyn. Il n’est pas non plus le fruit de longues nuits dans un Manchester goutant aux joies de l’electro se frottant sur la turgescence d’un rock approchant du suicide dans le noir de son garage à la lumière vacillante. Typo Clan n’est pas non plus le nom de code d’un chanteur de Brit Pop voulant se racheter une identité comme avait pu le faire Damon Albarn avec le monstre Gorillaz. Non Typo Clan est un duo transalpin (pour ceux qui sèchent les cours de géographie, je parle de l’Italie) qui aurait fait ce que les Fun Lovin Criminals avaient fait il y a de cela prés de 20 ans, mais avec un matériel sonore différent, mais l’esprit restant le même.

Venant d’une culture majoritairement rap, ils cultivèrent un jardin indiepop, rock indépendant dans le même temps, et « Standard Cream » est en quelque sorte un creuset, une marmite magique dans laquelle les deux versants de leur culture mijotent pour le meilleur. Car « Standard Cream » est un disque parfait, une réussite incroyable de justesse et de virtuosité tant les sons sont ici placés avec la dextérité du monteur d’un bateau miniature aux éditions Altaya. L’écoute DU TITRE, le magistrale et collant, car impossible à s’en défaire « The Tune » peut constituer une raison de se procurer ce disque tout à la fois crâneur, charmeur ou les deux à la fois quand il semble nous transformer en serpent sur le vaporeux « Say Ahe » énorme huit feuilles à faire tourner pour voir la vie du bon côté.

Ne tombant jamais dans les méandres d’un travail de machine, Typo Clan signe un album organique, quasiment charnel, multipliant les pistes pour nous faire dodeliner la tête en nous donnant de quoi chanter dans la voiture la sono à fond, le bras accoudé à la portière, vitre descendue « we are Typo Clan »

Cuivré, rock, rap, tripant, jazzy, cool, « Standard Cream » est LE DISQUE de 2018 que nous réécouterons avec un plaisir toujours neuf (à l’image du « Ordinary Man » de Day One par exemple) jusqu’à ce que les lentilles de lecture de cd ne soient plus produites. Une sympathique claque, d’une clique érudite.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.