> Critiques > Labellisés



Imaginez des joueurs à la virtuosité de Neymar, à la folie artistique de Garrincha ou encore se jouant des adversaires avec des arabesques imaginées par Zico ou Socrates et habillez-les du maillot de l’équipe d’Allemagne, celle de Magath, Hrubesh ou Paul Breitner. Je sais que le cerveau humain est capable d’une imagination fertile, mais de là à visualiser Hans Peter Briegel dansant la samba, j’ai du mal.

Tropical Mannschaft est donc une incongruité sur le papier, un alliage mêlant scepticisme et curiosité, car comme un zombie dépourvu de la moindre contrainte dans le domaine du savoir-vivre, j’ai la fâcheuse tendance à piocher dans tout les plats, surtout quand ils questionnent l’entourage. « To be Continued… » est l’œuvre de Florian von Küssberg (ex Lanskies) qui à l’instar d’un Stephen Jones au début de Baby Bird , ou d’un Beck sur « Steropathetic Soulmanure » ou surtout « Mellow Gold », mélange tout sans se soucier des proportions, surtout quand il s’agit d’inclure le liant le plus débridé. Il y a donc un côté iconoclaste dans cette musique qui forme une union évidente avec des paroles qui feraient passer certaines plages de Pierre la Police pour une farce d’un conformisme quasi scolaire.

« To be Continued… » qui avant même son commencement appelle une suite, qui aura probablement des couleurs toujours différentes les unes des autres, car Tropical Mannschaft pour brouiller les pistes, pour se fondre dans un univers pour mieux le tromper, comme si, se sentant chassé par une cohorte de morts vivants, il se faisait un malin plaisir à les narguer. Attention foutraque.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.