> Critiques > Labellisés



Ce EP a tourné sur ma platine avec une régularité qui ferait des envieux chez les usagers d’une ligne de la RATP. Je suis revenu comme un dévot vers ces quatre morceaux qui pourraient faire la liaison parfaite entre l’indie underground et sous-estimée de Del Cielo (un des cinq meilleurs groupes de notre satané pays) et la nonchalance crâneuse de La Femme.

Les quatre morceaux oscillent entre sensualité et folie douce. Le tout est emballé comme un faux capharnaüm, car des myriades de bruits sont disséminés ici et là comme des échos aux nombreuses références que ce quatuor doit avoir. Jamais foutraque, les morceaux construisent des petites chapelles pour une anti-piété assumée, un paganisme sans l’outrance. Synthétique tout en étant au contact du corps par la suavité qui se dégage du chant parfois robotique, « La Marche des Morts » est une invitation à une décadence sans le trépas.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.