> Critiques > Autoproduits



Blue haired girl est un groupe de cinq garçons qui devaient faire le même rêve, celui d’une sirène aux cheveux bleus. Ce rêve en plus de donner le nom du groupe a du engendrer l’électricité en se voit pas. La voix y est mise en avant, blanche et franche, nous laissant dans une forme de malaise. Pas d’effet de jambe ici jusqu’à la nausée, la peur de la suite, un mal au coeur jusqu’au libérateur je t’aime Marine. On entre par une porte dérobée, dérobant un instant brûlant de l’intimité. Pour money, en un morceau le groupe mélange toutes ses influences sans rater le coche. Un morceau addictif, un long instru que vous sifflerez sous la douche en attendant le train, pour par la suite danser avec, entraîné que vous serez par le bruit d’une possible caisse enregistreuse. De la belle ouvrage avec de l’audace et un brin de sourire malin. Les mots étant en rupture après l’ouverture, dumbee morceau calmement fou, prend mille et une directions allant jusqu’à ponctuer le tout d’un chant patois réaliste et imaginaire, afin de mieux repartir, guitare au poing. D’une chose informe, BHG allume une transe rappelant le group four de massive attack. Dumbee est l’exemple même de l’art du brouilleur de piste. Comme souvent le meilleur est gardé pour la fin. La fille aux cheveux bleus vient hanter le street spirit de radiohead, le temps de mettre votre peau en chaire de poule. La mélancolie comme un balancier. Sublime et très encourageant. En toute amitié pour un fois, allez vous faire teindre, ce ep le mérite.




 autres albums


 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.