> Critiques > Labelisés



Enguérand et Éléonore, frère et sœur à la ville, n’ont que dix-sept ans mais connaissent dans les moindres détails l’histoire de la dance-music. Plutôt ahurissant : deux mômes qui n’étaient sans doute même pas nés lorsque les Chemical Brothers sortaient leurs premiers EP balancent, sur un huit titre distribué par… Polydor, un parfait condensé de ce que l’électronique possède de plus hargneux, de plus bagarreur : les beats furibards de Kap Bambino, la voix sexy mais dominatrice de Miss Kittin, les sirènes des Chemical, l’adrénaline de Fuck Buttons… N’hésitant pas à dériver hip-hop aux moments où la courbe sinusoïdale atteint son apogée, Carbon Airways récitent avec fougue les inventions de leurs ainés… et réussissent à toucher les vieux cons que nous sommes. Car, étrangement, aucun jeunisme sur « Black Sun », pas la moindre trace chétive. Au contraire : assimilée puis poussée dans ses ultimes retranchements hardcore, l’électronique devient ici un équivalent au ring du boxeur, une transe infernale dont nous aimerions connaître les origines (Enguérand et Éléonore sont-ils des enfants de clubbers acharnés ? Ont-ils été biberonnés à l’Electroclash avant même de prononcer leurs premiers mots ?).

Plaisir sincère : parce que liant avec un certain talent l’énergie adolescente à la tribalité fondamentale de la transe, Carbon Airways nous rappelle nos jeunes années à traîner en compagnie de toxicos adeptes des soirées ecstasy. Certes, pas besoin de drogues pour apprécier cet EP suffisamment mature pour s’écouter au calme, chez soi, clean (ou si peu) ; n’empêche que, sur ce coup, il est permit de regretter les années buvards tant celles-ci auraient parfaitement correspondu à la musique de ce duo français.

Une fois n’est pas coutume, l’auditeur accepte ainsi de pactiser avec le grand capital. En espérant que les gosses de Carbon Airways ne se laisseront pas dévorer (y a pas de raison)…




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.