> Critiques > Labelisés



Ellen Kempner ou la voix stellaire que l’on aime tant retrouver...Parsemant notre voyage musical depuis ce Dry indépassable et les premiers Cat Power. Ce son de guitare lo-fi, tantôt doux, tantôt nerveux qui cisaille l’air ambiant. Et ressuscite Elliot Smith, pour le sens des émotions opposées en permanence, comme dans un espace bipolaire. Mélodies d’une beauté cristalline, soudain assombries...Le spectre des ressentis est si large et si riche...Jusqu’à la colère, le grondement menaçant d’un orage électrique. Avant de retomber, de s’éteindre dans la mélancolie, quelques notes lâchées en larmes, dont ne sait jamais si elles sont de joie ou de peine.

Les deux probablement, dans un élan poétique. Des chansons addictives, immédiates, qui s’immiscent loin dans la conscience. Des classiques instantanés par leur évidence aérienne, leur finesse...Puis par leur étrange dissonance, rattrapée toujours par la délicatesse d’un toucher de cordes exceptionnel. Capable de mettre à jour un ciel céleste, de le couvrir en un éclair. Humeur changeante, débordante ou autiste...Une sublime collection de chansons, manifeste de l’adulescence. D’un état d’esprit soumis à ces curieuses et puissantes vagues émotives. Mais dont la grâce est justement dans ces hauts et ces bas. Dans ce constat brut et sincère, projeté dans une voix, une guitare, des battements sommaires.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.