> Critiques > Labelisés



Est ce qu’il vous arrive encore de pleurer en écoutant de la musique. Je ne parle pas d’une chanson, les mots portent déjà en eux des traits de la souffrance, de la nostalgie de la tristesse. Non je vous parle de l’émotion du son, celui ci faisant résonner jusqu’à vos glandes lacrymales, celles ci ne pouvant se résoudre à laisser fermer le barrage de nos souffrances et émotions.

Christiane Deison et Andrea Gastaldello (alias Mingle) viennent de réussir cette performance. Les thématiques du disque ne laissant pas de place à la joie, au bonheur, celles ci oscillant entre l’effondrement, la perte ou encore la nostalgie. Mais entre la thématique et les textures sonores il y a un pas qu’il est souvent impossible de franchir, alors quand on y parvient c’est un pas de géant que nous faisons. Avec des sons captés (je ne pensais plus pleurer à chaude larme en entendant des oiseaux, mais ce sera le cas dans « One Million Parsec From Your Sun ») des drones, des boucles qui semblent là tout autant pour donner du liant que pour nous emporter avec elles, nos deux compositeurs font don de bien plus qu’un disque, on y entend un cœur battre. On y entend un piano qui pleur, on y entend un monde que nous ignorons, perdus que nous sommes dans la vitesse, on sent un frisson ultime et presque intime, que nous ne partagerons que si autour de nous la vie se fige, pour ne plus se détruire, s’effondrer, ou comme moi ici d’émotion. Emotion très forte.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.