> Critiques > Labelisés



Souvenez-vous : déjouant les bookmakeurs, Kurt Cobain et sa bande, par une alchimie divine que nous peinerons toujours à expliquer, devint, en ce début 90’s, le groupe de rock le plus vendeur au monde. Dès lors, le business, flairant le coup juteux, s’accapara tout et n’importe quoi du moment que l’étiquette indie-rock y était accolée. Du pire (Soudgarden) au convenable (Pearl Jam) jusqu’au meilleur (Sonic Youth). Laissé sur la route, comme un vulgaire hobo dont même le Ernest Borgnine de « L’Empereur du Nord » n’en voudrait pas les loques vestimentaires, Yo La Tengo, groupe pourtant majeur, passa à-côté du jackpot. La faute à un physique pas vraiment taillé pour Top of the Pops, à une bonhomie suburbaine qui n’incita jamais le couple Ira Kaplan /Georgia Hubley à composer une chanson volontairement commerciale (sauf, peut-être, sur le très électrique « May I Sing With Me »)… Et sans doute en t-il fut mieux ainsi : outre la tragédie qui frappa Nirvana, qui s’intéresse encore aujourd’hui à des groupes (« grunge », comme on disait) tels que machin et machin ? Yo La Tengo, en revanche, et quand bien même il ne quitta jamais la sphère élitiste des « groupes mineurs que l’on n’échangerait pour rien au monde », est toujours là, capable annuellement de sortir un album souvent de très haute tenue.

De là à dire que Yo La Tengo fit école, n’exagérons pas… La chance d’YLT ? Avoir su échapper à toutes formes de pressions et poursuivre un chemin résolument en marge des tentations compromettantes. Son dilemme ? N’avoir jamais réussi à dépasser son vieux cercle d’aficionados.

Pourtant, aujourd’hui, les Seattleites de Posse, sur « Soft Opening », retrouve certaines caractéristiques inhérentes à la paire Hubley / Kaplan : la douceur harmonique dans des soudaines éruptions volcaniques, un mélange masculin / féminin, des guitares électriques mais contenues (pas loin du folk-rock), un aspect rêveur (voire songeur), une sensation de bien-être… Les anciens fanatiques de Teenage Fanclub, Pop Will Eat Itself, Sammy ou donc Yo La Tengo devraient y trouver leurs comptes. Pour les autres, voici un lien rêvée vers des « icônes undergrounds » qui valent cent fois plus que certains groupes actuellement portés au pinacle par une presse ayant souvent l’oreille bien sourde…




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.