> Critiques > Labelisés



La collaboration entre Röyksopp et Robyn ne constitue pas une surprise puisque les norvégiens Svein Berge et Tobjørn Brundtland avaient déjà illuminé, en 2010, un titre de l’icone suédoise présent sur le premier volet de sa trilogie « Body Talk » (un fascinant « None Of Dem » qui entrecroisait R’n’B, trip-hop et électro-pop).

A défaut d’un espéré Lp, le trio diabolique gratifie l’aficionado d’un cinq titre que l’on prendra soin de ne jamais prêter sous peine de se le faire chourer. Car généralement, ce genre de collaborations ressemble trop souvent à un mariage forcé, chacun jouant en autarcie, la balle rarement au centre. Ici, non : il s’agit bien d’une parfaite fusion entre les nappes et les beats évasifs de Röyksopp et le génie pop de Robyn. « Do It Again » entremêle les ambiances, les durées et les intentions pour un résultat particulièrement cohérent et homogène.

En ouverture, « Monument » est une complexe architecture avoisinant les dix minutes : ambient doucereuse, voix Cajoline, rondeur des beats, sax en fin de parcours… Rarement un titre n’aura aussi bien porté son nom. Dans un tout autre registre, « Sayit » accélère les BPM et frôle la transe. Une sorte de hit clubbing qui nous ravira au moment de l’after.

Plus proche de certains tubes de Robyn tels que « Hang with Me » ou « Call your Girlfriend », la chanson « Do It Again » possède une carrure universelle (seul la France, qui ne comprend rien à Robyn, fera la sourde oreille). Troisième titre, troisième chef-d’œuvre…

Et pourtant, l’apothéose orgasmique se trouve en quatrième position : « Every Little Thing » est (avec « Adieu L’enfance » de La Féline et « Steel Life » de DyE) la quintessence synthétique de l’année. Comme une rencontre imaginaire entre « Computer Love » (Kraftwerk) et « The Things you Said » (Depeche Mode)… Terminus instrumental avec « Inside The Idle Hour Club » qui annonce un tranquille retour à la réalité (bonne descente d’ecstasy, rêverie dans le taxi, baiser romantique avec la conquête du soir)… Röyksopp et Robyn : un partout.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.