> Critiques > Labelisés



Si le prénom évoque instantanément les premières tentations d’onanisme entre les draps, le retour de Thomas Winter sans Bogue mais avec « Bloque » est aussi évocateur de la possibilité de chanter des chansons qui pourraient émoustiller même les vieux routiers du sexe.

Même si Thomas Winter n’est pas Allan Vega, « Emmanuelle » a un côté Suicide, une électro qui lèche tout à la fois les dessous d’une musique orientale et les cuisses de cuir du punk. Jouant avec les mots pour faire passer un message qui n’en est pas totalement un, mais quand même, Thomas Winter signe des mini hymnes électro pop ou pop électro qui reste collées à votre esprit comme la mouche le sera sur le tourniqué collant qui trône de façon presque indécente en dessous d’un lustre.

Avec sa voix grave et subtilement las, Thomas Winter signe un EP de haute facture, un retour haut de gamme, clos par un morceau en tout point remarquable. « Pendant que Les Champs Brûlent » est un morceau qui pourrait faire date dans la chanson d’ici, un morceau rare, alliant avec bonheur texte et musique entêtante, avec un raffinement qui ne fait pas dans le démonstratif.

Le retour chaud voir brulant d’un thomas Winter qui fait fondre la glace et nous donne des envies d’en découdre (des robes ?). Vite, vite…..la suite.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.