> Critiques > Labelisés



Ils l’ont fait, oui Charles toi qui frappait du poing contre le sable face à une statue de la liberté enfoncée dans le sable, la mer commençant son long office de destruction par l’érosion. La bombe a donné à l’homme ce qu’il voulait, un souffle nouveau, sauf que le souffle a le bruit sourd d’un drone lorgnant tel un requin avide de sang sur une proie qui semble encore croire à la doléance surprise du squale en manque de viande.

Tout est dévasté, un chien est parvenu à connaître l’après, protégé qu’il a été par la probable recherche d’une balle dans une souterrain. Il est remonté avec, autour de lui la désolation, le bruit des radiations se mélangeant à ceux du vent qui souffle de façon sourde et étouffé et à ceux plus énigmatiques d’une guitare errant comme un fantôme au milieu des restes d’une ville sans plus aucune apparence ou signe de vie humaine.

Le souffle lourd du disque imagine une apocalypse terrible, une agonie presque étouffée. Eprouvante avancée vers un néant déjà présent, photographie sonore d’une vide vers lequel nous semblons tous nous diriger. La fin du monde Chvad SB ne la souhaite pas, et pour que nous prenions conscience de sa proximité, il nous la dessine comme un chant de sirène morbide. Ils l’ont fait.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.