> Critiques > Labelisés



Nul n’est prophète en son pays et le duo Montpelliérain de Liminanas en sait quelque chose. Signé sur label américain Trouble in Mind dont le catalogue comprend des artistes tels que Jacco Gardner, Ty Segall ou Morgan Delt, excusez du peu ! Nos frenchies ont réussi à séduire les américains avec leur twist psychédélique estampillé made in france. Un intérêt partagé à l’écoute de leur dernier album regroupant des singles et des raretés de la période 2009-2014. Leur recette est simple, une batterie binaire (Moe Tucker sort de ce corps !), un tambourin, une basse medium, des guitares fuzz avec un effet tremolo appuyé, un orgue farfisa millésime 66 et surtout la voix nonchalante de Marie qui nous évoque Jacqueline Taieb ou Brigitte Bardot période "Bonnie & Clyde". Comme certains artistes french touch ont su le faire en leur temps (Daft Punk et Air), The Liminanas manie l’art de la nostalgie musicale avec une aisance et un savoir faire que les Anglosaxons nous envient. A l’écoute de cette compilation, on se surprend à taper du pied sur leurs chansons faussement minimalistes (Migas 2000, Je m’en vais) ou à se laisser transporter par leurs comptines urbaines sous acide (La fille de la ligne 15, Mobylette). Le son de l’album est particulièrement soigné et très homogène malgré les années qui séparent certains titres de leur réalisation. Mise à part une reprise relativement fade du mythique Pet Sounds des Beach Boys (I Know there’s an answer), The Liminanas réalise un disque de très bonne facture où l’humour et l’exigence artistique sont de mise. On attend une suite discographique avec impatience et une reconnaissance hexagonale amplement méritée.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.