> Critiques > Labelisés



L’avantage avec les mots qui n’existent pas, c’est qu’ils stimulent un peu nos imaginations engourdies par l’hiver et le nouveau dogme du #....

Qu’il y a t-il derrière ce nom énigmatique, croisement (peut-être ?) entre marée, c’est la saison, et altitude, c’est la saison aussi…ou plus probablement, une magnitude qui aurait mal tournée, un doigt qui ripe sur le clavier…ou la mesure de la luminosité absolue, émanant d’une certaine Marnie….qui, contrairement à celle de maitre Alfred, n’habiterait pas à Philadelphie, mais à New York…où débute l’album avec « The Muse in New York », ouverture sublime, à l’impeccable et élégance montée en puissance soulignée par une flute aérienne.

Cet équilibre instable et fragile entre douceur et violence contenue puis lentement libérée, Marnitude l’atteint régulièrement avec brio sur ce disque, notamment sur l’impeccable « Eraser », « Summer Red Syrup » ou encore « Four Six Nine ».

Marnitude II est également une réussite grâce à ses morceaux plus contemplatifs, aériens aux douces inspirations folk et poétiques comme « The Fly » , « We Play At Last » ou les introspectifs « The Pose » et « Universe » qui se succèdent au cœur du disque.

A l’écoute de ce disque, il est difficile de ne pas de temps à autres penser aux motifs émotionnels de Idaho, de Mogwaï par instant ou encore du Delano Orchestra maitres dans l’art de nous plonger dans ces états contemplatifs, à la recherche de nos sentiments les plus intimes comme l’évoque avec élégance le très beau « A sense ».

Marnitude II se referme sur le pastoral « Drama », clôture sublime et mélancolique :

(…) All final words make to appear, every year 
 A few of them accomplished

We have now to shut the door

Waiting for the next goodbye.

Au fait, cela veut dire quoi Marnitude ? Les deux membres fondateurs à savoir Jean-Remy Papleux et Julien Doigny ont bien une explication, explicitée dans la présentation du vinyle…mais finalement, a-t-on vraiment besoin de tout savoir, tout comprendre ? Alors, écoutez, laissez vous porter, dériver…et vous verrez, vous pourrez y mettre bien plus encore….