> Critiques > Labelisés



La culture populaire, notamment la musique a souvent été influencée par des révoltes, des évènements sociaux forts qui tentaient de remettre en cause un ordre établi, ou de fustiger des inégalités. La nouveauté peut être, c’est que non seulement l’esprit d’un mouvement est le détonateur, mais que les sons de celui ci servent de base de travail. L’art comme programme sociétal avec la rue comme créatrice de rythme, de ligne de fuite musicale.

Tout comme Godspeed You ! Black Emperor qui avait utilisé le bruit des casseroles frappées à la tombée de la nuit par les étudiants canadiens pendant le “Printemps érable” sur le diabolique « Allelujah ! Don’t Bend ! Ascend ! », Stearica s’est inspiré du mouvement des indignés surgissant à Puerta del Sol, mais humé par le groupe en plein Barcelone alors qu’ils venaient de se produire au Primavera Sound Festival. Avec le printemps arabe et celui de la jeunesse européenne (pas si vachement bien dans le fond d’être des européens) les turinois de Stearica n’avaient pas mieux pour inclure un souffle ravageur dans leur musique qui se promènera le bras en l’air, l’oriflamme offert au vent, entre le math-rock, krautrock, la noise ou encore le rock progressif.

Comme bravant le pavé, en prenant soin d’en faire des montagnes en l’enlevant avec l’aide entre autre de Scott McCloud de Girls Against Boys ou de Ryan Patterson de Coliseum , le trio ne fait que des réserves de tension non destructrice, sans jamais ne rien casser, ne rien fracasser, même pas le mur du son, tout juste parfois fissurant celui de nos émotions, car le disque à la furie câline, a le bras bandé et musclé portant des fleurs ou essuyant des larmes. Face à la jeunesse tentant de prendre le pouvoir, le groupe est comme un adolescent découvrant le souffle de l’amour en humant une chevelure libérée de toute liaison. Les sons évoqués, les images suggérées sont claires, comme parfois les notes, et le vrombissement qui s’entremêle enivrent les têtes et les corps.

Sans être révolutionnaire, cette musique est une forme de révolution stylistique, un précis pour une marche contestataire parfaite, une onde sensorielle pour des printemps qui verraient naitre partout dans le monde, une jeunesse « Fertile ».




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.