> Critiques > Labelisés



Découvert sur le Volume 27 de nos compilations, Zulus est de retour avec un deuxième album sobrement appelé Zulus II, en sous titre nous pourriez rajouter, le retour de la revanche du punk. Nos quatre lascars semblent reprendre le punk là où il était encore vivant frais et dénué de mercantilisme, pour le triturer dans un garage manquant d’insonorisation. Ce disque serait la captation faite par un voisin excédé par le bruit, voulant donner des preuves des nuisances à la police locale. Sauf qu’arrivée au poste, la patrouille présente se mettra à jeter casquette et tenue d’apparat pour se lancer dans un pogo endiablé sur « Médications ».

Car si la radicalité du son et de l’interprétation ne laisse aucun doute sur les intentions du groupe, elle ne cache pas une écriture réelle, un sens du refrain et de la mélodie qui pourrait surprendre les auditeurs voulant singer la pochette, en vomissant cette musique trop primal pour mériter autre chose qu’un cri. Ce second disque de Zulus est un recueil de chansons baignées dans un bain vitaminé et visqueux, collant certaines mélodies au sol, elles même se battant sous nos yeux dans une lutte sans merci.

On sort de l’écoute de ce disque fatigué, vidé, comme après un footing d’une heure, sauf que là cela n’aura duré que 20 minutes avec 9 étapes pendant lesquelles il nous aurons même offert le loisir de crier notre amour pour le feu (Set Fire) ou notre inquiétude (Screens).

Zulus trace un chemin intransigeant mais attractif, ne brouillant les pistes que par jeu. A découvrir absolument.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.