> Critiques > Labelisés



« Tu voyages à toute allure et tu vas vite, trop vite maintenant pour que je parte à ta poursuite » (paroles de la chanson titre), voilà comment aurait pu s’appeler ce disque du précoce (21 ans) et ultra talentueux multi instrumentiste Elliot Moss, OVNI nous arrivant de la planète Mamaroneck, petit ville proche de New York.

Ce disque est écrit en réaction à un sentiment de lenteur, de faire du surplace. Pendant que ses amis traversés les Etats Unis ou le monde Elliot Moss se sentait statique, vissé sur sa chaise à jouer de la musique, refaisant des gammes qui le mèneront vers ce « Highspeeds » premier album, précis plantureux de toutes les capacités, les envies de ce jeune auteur.

Ce qu’Elliot Moss nous fait découvrir dans ce disque, c’est que les voyages intérieurs sont peut être plus importants que les heures passées entre ciel et terre à rechercher un exotisme de carte postale. Car le voyage qu’Elliot Moss nous propose n’est pas vendu dans un agence de voyage, celle ci ne pouvant trouver une accroche sans oublier la substantifique moelle de ce petit bijou. Dans la tête d’Elliot Moss nous entrons, et comme Alice nous voilà dans le pays des merveilles, et des surprises.

On nous parle de la connexion évidente avec les univers de Bon Iver, de Ched Baker, de Washed out ou encore de James blake, auxquels nous pourrions rajouter Radiohead, lui qui espère suivre les traces de David Byrne ou Damon Alban sur une route comparable à la leur, sans limite, sans frontière, avec un appétit de….voyage.

A peine nous aurons fait le tour d’un titre, que celui qui se présente comme un statique, se sera fait la poudre d’escampette. Disque paradoxale donc qui semble d’ailleurs s’amuser de celui ci (« Best Light » a un des breaks les plus étonnants jamais entendu, une démonstration du jeu d’Elliot)

A la fois tendre et mélancolique, dansant et planant, Highspeeds est pour les grands voyageurs, les chasseurs d’instants magiques, les découvreurs minutieux, les poètes de la vie, les papillons qui charment les filets rester en liberté.

Voyage de l’année.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.