> Critiques > Labelisés



Comment craindre encore l’enfer après l’écoute d’un album si divinement envoûtant que Corpo Inferno de Mansfield Tya ? Ce bijou paru en septembre 2015 sur le label Vicious Circle est l’œuvre de Julia Lanoë qui joue également dans Sexi Sushi et de Carla Pallone que l’on a vu aux côtés de Claire Diterzi ou Laetitia Shériff. Le duo diablement troublant y tisse titre après titre un univers sombre et beau, alternant des ambiances douces amères, des histoires grinçantes d’humour noir, et des rythmiques infernales.

Julia Lanoë a le don d’écrire en français des paroles, qui sous un abord simple, se révèlent pleines de finesses et que l’on se surprend à fredonner des heures après l’écoute. Les mélodies imparables du violon de Carla Pallone se mêlent à merveille au chant et sont un écrin pour ces chansons pleines de douceur et de tension.

L’album commence par un ’bleu lagon’ qui donne une furieuse envie de danser au son de l’arpégiateur et du chant en forme de comptine trash, puis suivent d’autres morceaux plus calmes et contemplatifs. Les 14 titres nous parlent d’amours impossibles sur ’Gilbert De Clerc’, ’les contemplations’ et de mondes fantasmés sur ’Sodome et Gomorrhe’ ou ’Palais noir’. On note pour notre plus grand plaisir que le duo se fait accompagner le temps du morceau ’Loup Noir’ par Shannon Wright, fabuleuse songwriter américaine que l’on connaît pour sa musique à fleur de peau.

La pochette de l’album interpelle, et l’on y voit le duo tout de blanc vêtu, telles des statues paisibles sur un fond de fin du monde annoncée dans les morceaux. Finalement, la peur des châtiments futurs nous quitte, bercés par ces chansons d’une sublime beauté.

Pour suivre leurs actualités, allez jeter un œil au site : www.mansfieldtya.com