> Critiques > Labelisés



Heureux qui comme moi, aura fait un beau voyage en compagnie de ce quintet, Selen Peacock. On n’apprivoise pas facilement Robert Wyatt, surtout quand nous sommes dans la société de la médiocrité. On ne parvient pas à être aussi aérien que Jim O’Rourke tout en ayant encore les pieds sur terre, surtout dans les atmosphères lourdes et pesantes du moment. On ne se promène par main dans la main avec Mermonte ou François and The Atlas Mountains, surtout au fond de la mer, sans se lester d’instruments magiques qui évitent la noyade.

Johan Saint, Morgane Carnet, François Leroux, Blanche Lafuente et Benoît Perez parviennent à faire tout cela à la fois, écrivant un poème surréaliste de 9 morceaux visant aussi juste que Guillaume Tell, voyageant tels des Robinson Crusoe, passant d’une ile musicale à une autre, pensant y rester, mais parvenant à en repartir avec des sons comme bagages.

Les morceaux semblent être des rêves éveillés, des moments de liberté (Hawaii est le titre le plus cool du siècle), parfois dans un cabaret chahuté par un cyclone ( No One Knows What Will Happen) ou sur une plage débarrassée de ses touristes bedonnants, faisant place à des autochtones qui participeraient à la création d’une hymne à la mer, à la vie, donnant aux hanches le rôle d’étalon or, et à la bourse du mouvement des hanches, « As an Island » est très très haut placé, pouvant même être une valeur refuge pour les semaines à venir.

Il y a dans la musique de Selen Peacock un plaisir évident, de partager (les refrains sont des moments de partages réjouissant), de se promener dans des rues pavées du jazz (Currents of Love) jusqu’aux ruelles d’un brass band mélancolique qui protégerait avec un parapluie musical une mèche qui ne demande qu’à s’enflammer sans provoquer le fracas (Currents of Love). Même le flow west coast (Landing (song for Nils)) semble être dans les gènes de ce quintette qui n’e fait qu’à sa tête, se promenant, comme des troubadours autour du monde, sachant nous émouvoir, nous charmer, nous faire bouger, nous faire tout oublier le temps d’un disque qui lui va rester longtemps imprimé dans nos mémoires.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.