> Critiques > Labelisés



A peine deux ans, voilà, le temps qu’il aura été nécessaire au trio composé de Franck Laurino, Eric Aldea et Ivan Chiossone pour donner une suite à l’excellent Places where we go in dreams. Et visiblement, dans les têtes du trio, le bouillonnement est toujours aussi vif et saillant, à l’image ce rouge sublime qui orne l’artwork de San Francisco, cinquième album du groupe.

Last Bills for lapdance et ses sept minutes inaugurales, est à ce titre emblématique : entamé pied au plancher telle Furiosa sur son War Rig, batterie et guitares en étendard, rythmique quasi épileptique pendant le premier tiers du morceau, avant d’insuffler une évolution plus sereinement mélodique sur le second et de venir s’échouer (le travail des voix est à cet effet remarquable) dans une torpeur moite digne de True Detective dans le dernier. Tout au long du disque, Zëro joue avec les genres et les codes pour mieux redéfinir les contours de sa propre identité.

Ich Ein Groupie, premier single du groupe, accentue la veine dansante, pop et ludique (il suffit de voir le clip pour s’en convaincre) sans se détacher de ses racines noise, exercice dont on croyait les fous furieux de KG seuls capables.

Lac Baïkal ensuite, ouvre vers des compositions instrumentales plus minimales, axe que l’on retrouvera également sur le sublime Jed / Snowdog, merveille de tension sourde, hypnotique et contemplative au potentiel d’écoute obsessionnelle avéré.

The Drum Thing se recentre, là aussi sur un mode instrumental, vers une construction progressive, bruitiste et néanmoins limpide pour un résultat tout aussi jouissif, avant que la voix de Eric Aldea ne viennent redonner chaire sur les trois compositions que sont Boogie Tango Thill, Cheap Dream Generator, et le très inquiétant et carpenterien Craking.

San Francisco, touche finale sous influence cinématographique et jazzy, offre une nouvelle preuve que le terrain de jeu de Zëro ne se limite plus à nos rêves depuis longtemps, mais ouvre incontestablement vers un univers cinématographique à minima, fantasmagorique probablement plus encore…..

ZËRO - San Francisco from ALDEA Eric on Vimeo.

NB : à noter que le groupe sera en tournée en France en mars-avril avec notamment à l’affiche d’une « double release party » Ici D’ailleurs le 1er avril à Paris à La Maroquinerie avec Michel Cloup Duo pour une soirée qui fait déjà saliver.

L’occasion d’aller vérifier la réputation de feu du groupe sur scène et de célébrer le début d’année en fanfare du label Nancéien dont la liste des sorties de ce début 2016 est en tout point admirable.

http://www.icidailleurs.com/home

http://www.adecouvrirabsolument.com/spip.php?article6537

http://www.adecouvrirabsolument.com/spip.php?article6492

http://www.adecouvrirabsolument.com/spip.php?article6522




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.