> Critiques > Labelisés



Nous n’avions plus de nouvelles d’Amélie. Nous l’avions croisée plusieurs fois dans des contrées fantastiques, peuplées d’animaux étranges, de serpents dégénérés, dans un univers ancré dans les rêves et les cauchemars d’enfant. Nous la pensions écrivant des histoires terrifiantes pour les enfants pas sages et des histoires avec des monstres gentils pour ceux qui rangent leur chambre.

Et puis arriva Team Wild, avec à sa tête Amélie D. Noordzee. Un teddy sur le dos, les cheveux longs en bataille, et une batte de baseball pour corser l’accueil. Amélie a changé, sa voix non, mais sa façon de la promener sur des routes accidentées oui. Car l’univers de Team Wild n’est pas pour les enfants, ou alors ceux qu’il faudrait remettre dans le droit chemin, et a qui une bonne dose de chaise électrique musicale fera du bien.

Se promenant vocalement entre Kate Bush et Karen Dalton, sans jamais en faire des caisses (les caisses sont exposées à coup de batte ici), le tout bien sur en prenant son amie la folk, l’attachant avec une corde à l’arrière d’une voiture, celle ci empruntant les routes les plus inconfortables, les plus arides, plombées par le soleil, dépourvues de vie.

Pas un animal dans les parages, mêmes les lézards préfèrent la compagnie d’un prédateur, car Team Wild avance aussi bien à toute vitesse, qu’à pas de loup avec le rire un rien cynique du rapace qui attend sont heure pour plonger sur sa proie. Même quand il s’arrête pour engager une partie de danse (At The End of Everything) c’est pour mieux vous terrasser, vous rouler dessus (Darkness Speaks To Me) en sifflotant.

Jamais malsain, souvent irradiant mais totalement brulant (Architecture of Love and Sorrow), « Clear Eyes, Full Hearts, Can’t Lose » est un disque tout aussi venimeux que bienfaiteur, un disque qui s’écoute fort, avec des verres pleins pour cicatriser les crevasses de l’aridité supposée.

Un grand disque à la tension nécessaire qui ne s’embarrasse pas de fioritures, mais qui brille de mille feux grâce à la voix magique d’une femme qui sait vous caressez avec, mais qui pourra aussi vous cogner sauvagement si vous tentez de lui piquer son teddy. Go On Demon.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.